Le projet

Emplacement

Le projet de parc éolien se réparti sur 2 sites en zones naturelles et agricoles, lieu de promenades ou d’activités sportives reconnus : marche à pied, jogging, équitation, VTT

IMG_3111

 

 

 

Carrefour des Boulains au nord-ouest d’où part le sentier forestier pour de nombreux promeneurs en forêt de Rennes. L’entrée de la forêt est classée Natura 2000.

Il n’existe que 14 sites Natura 2000 en Ille-et-Vilaine et uniquement 2 forêts (l’autre étant la forêt de Paimpont)

source : wikipedia

 

 

 

 

 

 

Vallée du Chevré, cours d’eau rejoignant la Vilaine à Acigné. Cet espace est reconnu pour son cadre environemental et traversé notamment par le sentier de randonnée dit des Pélerins

 

 

 

 

 

 

Les implantations prévues sont représentées sur la carte ci-dessous en rouge.
En bleu foncé la couverture d’impact à 1km, et en bleu clair 2km.

La zone 1km concerne déjà une centaine d’habitations. La zone 2km s’étend largement dans les centres urbains d’Acigné et Thorigné, atteignant notamment le nouvel EHPAD Adagio et la nouvelle ZAC du Botrel.

 

Une des zones les moins ventées de Bretagne

Comme l’atteste la carte ci-dessous publiée par l’ADEME, la zone Acigné-Thorigné à l’est de Rennes est au plus bas de l’échelle des vitesses de vent. Il est donc ubuesque de privilégier une telle zone, au regard du potentiel éolien. Ceci s’explique par le développement actuel totalement anarchique de l’éolien, qui ne répond à aucune politique générale d’aménagement, mais uniquement à une liberté laissée aux promoteurs privés d’instruire des projets où bon leur semble.

Les défenseurs du projet (promoteurs et idéologues) expliquent qu’il est possible de produire de l’électricité sur cette zone, calcul savant à l’appui. Cependant la question n’est pas là, puisqu’avec une éolienne d’une telle hauteur (180m) il est évidemment possible de produire de l’électricité n’importe où sur terre ! La question est avant tout de choisir les meilleures zones en priorité c’est à dire les moins nuisibles aux populations et à la nature, tout en étant les plus ventées. Tout l’inverse de notre situation locale !

Potentiel éolien en Bretagne1 copie

Nature du projet

Le projet initialement annoncé de 6 éoliennes de 130 mètres, porte finalement sur 3 éoliennes de 180 mètres.

Il n’est pas exclu qu’après autorisation préfectorale la taille des éoliennes soit revue à la hausse.  Opération déjà réalisée en 2018 par P&T Technologie à Loudeac avec une augmentation de 18% de la hauteur par rapport à celle initialement prévue : voir ici

Il faut savoir que les derniers modèles d’éoliennes dépassent désormais les 200m.

 

Il est difficile de se représenter une structure d’une telle hauteur, et son intégration dans le paysage.

D’autant plus que les promoteurs ont l’art de produire des photomontages où par des jeux de perspectives et de contraste, les éoliennes ne paraissent pas plus grandes et plus épaisses que les lampadaires soigneusement positionnés au premier plan.

C’est pourquoi l’impact visuel est souvent sous-estimé par les populations. Ce n’est qu’une fois en place que l’on mesure les conséquences. Mais à ce stade il sera tard pour protester…

 

 

Le raccordement électrique des éoliennes nécessitera de lourd travaux de raccordement (tranchée, passage de cable) jusqu’au poste électrique de Servon-sur-Vilaine distant de plus de 10km, ou bien jusqu’au nouveau poste de Thorigné-Fouillard actuellement en construction le long de la rocade.

Les chemins de terres amenant aux éoliennes devront être transformés en route, et les routes existantes élargies.

 

Un projet inutile et idéologique

Initialement 6 éoliennes étaient prévues pour constituer un parc ayant un minimum de sens en terme de production énergétique.

Grâce à la résistance de la majorité des propriétaires terriens de la zone, ayant refusé ce projet en bloc et ceci malgré les nombreuses pressions de tout type, seuls 3 emplacement peuvent faire aujourd’hui l’objet d’une construction d’éolienne.

Dans un contexte où des parcs de dizaines d’éoliennes se préparent en off-shore et où les pouvoirs publics eux mêmes alertent sur le danger du « mitage » ou « soupoudrage » (éoliennes dispersées sur le territoire), un parc isolé de 3 éoliennes est un non sens écologique. La production de ces 3 machines viendra se noyer dans l’énergie déversée sur la plaque de Rennes Métropole et n’aura aucune influence sur la réduction de la production d’électricité d’origine nucléaire.

L’installation de ce parc sera donc anecdotique pour la transition énergétique, mais pour autant désastreuse sur le plan de l’écologie locale et du bien être des habitants de Thorigné-Fouillard et Acigné.

 

Construction et mise en service dès 2020

Le projet se concrétise et sera déposé auprès des autorités dès Septembre 2018.

Une phase dite de « concertation » s’est achevé en Avril 2018 et n’a conduit à aucune prise en compte des problématiques et objections des citoyens hostiles au projet.

La mise en service du parc est envisagée par P&T technologies en 2020 selon l’échéancier suivant :

– 2018 : demande d’autorisation
– 2019 : enquête publique, autorisation préféctorale
– 2020 : construction et mise en service

Plus le projet avance et plus il est difficile de l’arrêter. C’est donc maintenant que chacun doit s’interroger sur le bien fondé d’une telle installation à Acigné, et faire entendre sa voix.